Blogue

Le cas Wang Keping
王克平的实例


Depuis quelques années, les collectionneurs chinois s'intéressent de très près à leurs compatriotes partis faire carrière à Paris au XXème siècle, et dont les œuvres offrent des visions hybrides de la grande tradition asiatique et de la modernité occidentale. Les artistes chinois ayant vécu hors de Chine sont emblématiques d'une vision trans-culturelle de la création et bénéficient ainsi d'une demande solide tant à l'Est qu'à l'Ouest du planisphère. La scène artistique française est marquée par des artistes chinois de premier plan, collectionnés tant en Europe qu'en Chine : citons les abstractions de ZAO Wou-ki et de CHU Teh-Chun, désormais multi-millionnaires. Plus doucement, sans faire de bruit, Wang Keping dessine son chemin. WANG Keping est un fondateur du fameux groupe 'Les étoiles', nom choisi pour ce premier groupe d’artistes chinois non-officiels parce que « nous étions alors les seules lueurs qui brillaient dans une nuit sans fin. De plus, les étoiles qui semblent si petites vues de loin peuvent se révéler de gigantesques planètes ».

Le chemin de Wang Keping

Wang Keping n'est pas peintre ni dessinateur mais sculpteur. Né en 1949 à Pékin, il travaille à Paris depuis plus de 20 ans et reste confidentiel en regard de sa position dans l'histoire de l'art du XXème siècle. En opposition aux canons du réalisme socialiste, il fonde le groupe "Les Étoiles" (Xing-Xing) en 1979 avec HUANG Rui, MA Desheng, Zhong Acheng, BO Yun, LI Shuang et QU Lei Lei. Il se lie aussi à l'époque à un jeune provocateur alors inconnu : AI Weiwei. En 1979 toujours, la Galerie Nationale d'Art de Pékin refuse leurs oeuvres dans une exposition. Les Etoiles n'en restent pas là et organisent leur propre exposition devant le musée. Ce coup d'audace fait le tour du monde, jusqu'à la une du New York Times. Un an plus tard, les Etoiles précédement refusés sont officiellement invitées à exposer au cœur de la même Galerie Nationale de Pékin.

Les membres du groupe commencent à s'éparpiller peu après cette exposition. Wang Keping est expulsé et choisit la France pour nouveau point d'ancrage. Après des œuvres explicitement politiques - les Idoles ou Silence - qui eurent un grand retentissement et furent exposées au Centre Georges Pompidou en 1989, son oeuvre s'attendrie au fil des années, prenant souvent pour sujet des femmes et des couples. L'artiste fait parler la matière vivante du bois, respectant la forme initiale de son matériaux et suivant ses courbes naturelles pour faire émerger des formes d'une grande sensualité. Ses sculptures, qui rappellent les totems modernes de Gauguin ou Matisse, sont ensuite patinées au feu : « Le bois est superficiellement brûlé, remarque Sylvain Lecombre, pour obtenir une teinte qui semble totalement pénétrer la masse du corps représenté. »

Wang Keping est aujourd'hui représenté à Paris et New York (galerie Zürcher) mais aussi à Hong Kong (10 Chancery Lane Gallery). Quant à l'histoire de la construction de sa cote en salles de ventes, celle-ci remonte à l'année 1998. A l'époque, Christie's Londres propose une première sculpture. Ce baptême des enchères se scande par un échec de vente malgré une estimation attractive de 5 000 euros. La demande n'est pas au rendez-vous et aucune maison de ventes n'offre d'autres oeuvres durant les six années qui suivent... Il faut attendre 2004 pour que Christie's fasse à nouveau le pas, mais cette fois à Hong Kong. Le couple sculpté alors proposé se vend l'équivalent de 5 400 euros. Une bonne affaire. Deux ans plus tard, le marché s'assoit définitivement avec un résultat hors norme pour l'époque : une sculpture de femme vendue près de 50 000 euros, au double des prévisions, cette fois-ci à New York. Un mois après cette vente : nouveau coup de marteau notable à Hong Kong, pour 63 000 euros (Companion, Sotheby's, le 8 avril 2004). De fait, les affaires s'enclenchent aussi sur le marché français, qui opère son rattrapage de cote.

Aujourd'hui, les œuvres de Wang Keping échappent aux élans spéculatifs. La cote se consolide et grimpe sereinement depuis huit ans. L'artiste reste assez confidentiel en Occident, ce qu'il déplore, considérant que les critiques d'art, les journalistes et les musées négligent souvent son œuvre, parce qu'elle est en-dehors des courants à la mode. La Chine lui rend quant à elle des hommages de plus en plus stimulants, dont une exposition solo en 2013 au prestigieux Ullens Center for Contemporary Art. Wang Keping est patient et attend son heure de gloire en France.

Source  © artprice.com

Voir des photos

Nouveau record mondial attendu pour Picasso
毕加索的作品有望打破世界纪录

La maison de ventes Christie's s'attend à signer le nouveau record mondial pour une œuvre aux enchères, avec une toile majeure de Pablo PICASSO, estimée autour des 140 m$. L'histoire de cette œuvre, Les Femmes d'Alger (Version «O»), n'a rien d'anodin. Tout d'abord, cette toile de 1955 fait partie de la série des Femmes d’Algerinspirée par l'oeuvre orientaliste d'Eugène Delacroix. Picasso réalisa une vingtaine de variations autour de ce thème entre 1954 et 1955. Ce fut une période majeure de l'artiste, lors de laquelle il rendit hommage (non sans humour ni ironie) aux grands maîtres du passé, dont Velasquez, Manet et Poussin. Les Femmes d'Alger (Version «O») affiche par ailleurs un pedigree particulièrement prestigieux, puisqu'elle provient de la célèbre collection américaine Victor et Sally Ganz. Remontons dans le passé : le couple Ganz était parvenu, en quarante ans, à réunir la plus importante collection de Picasso en mains privées, soit plusieurs centaines de gravures, dix dessins, cinq sculptures et une vingtaine de toiles, dont quatre issues de la série des Femmes d'Alger. Le premier Picasso de la collection Ganz fut Le Rêve, célèbre toile de 1932, acquise pour 7 000 $ en 1941. A la mort de Sally Ganz, Christie's fut chargé par les enfants de vendre une partie de la collection. Le Rêve s'envolait alors pour 44 m$ (48,4 m$ frais inclus) et Les Femmes d'Alger (Version «O») pour 29 m$ (31,9 m$ frais inclus). Christie's réalisait, pour l'époque, la plus importante vente de collection privée (avec 206 millions de dollars de résultat). Si la société parvenait à vendre Les Femmes d'Alger pour 140 m$ le 11 mai prochain, l'actuel record de Picasso serait enterré de près de 50 m$...

Record attendu pour Qi Baishi vs Picasso

Un nouveau record mondial est aussi attendu à Pékin pour le « Picasso » chinois, à savoir Qi Baishi (1864-1957). QI Baishi est le plus grand peintre chinois du XXème siècle, et Pablo Picasso lui vouait une grande admiration. Ce géant de l'art moderne chinois, qui fut autant apprécié par les lettrés chinois que par le peuple, devrait atteindre un nouveau prix record, à la mesure des grands artistes modernes occidentaux. N'oublions pas que c'est à Qi Baishi que l'on doit l'oeuvre chinoise la plus chère du monde, avec Eagle Standing on Pine Tree, an ink painting with a four-character couplet in seal script, vendue l'équivalent de 57 m$ en 2011 à Pékin (65,7 m$ frais inclus chez China Guardian).

Cette œuvre tripartite comportait un dessin à l'encre et deux calligraphies. Or, la société Poly International Auction annonce cette fois la mise en vente d'un rare ensemble de douze paysages... douze rouleaux de près de deux mètres de longueur chacun, achevés en 1925, en pleine maturité de l'art de Qi Baishi. Cet ensemble fut offert par l'artiste à son ami Chen Zilin (respectable médecin connu à l'époque), avant d'être acheté par Guo Xiuyi, un homme du monde et grand amateur d'art. Les douze dessins ont été conservé dans la collection familiale jusqu'à maintenant. Ils pourraient passer aujourd'hui les 160 m$ aux enchères et engendrer un nouveau record mondial d'adjudication. Avec la montée en puissance du marché chinois, les ventes annuelles de Qi Baishi se sont déjà avérées plus importantes que celles de Picasso (510 m$ d'oeuvres vendues en 2011). L'année 2015 s'ouvre à nouveau sur un combat de titans entre maîtres occidentaux et chinois.

Source  © artprice.com

Designing For Device Orientation: From Portrait To Landscape

Phasellus varius, felis ac ullamcorper aliquet, justo nunc laoreet turpis, eget pharetra nulla arcu sed purus curabitur hendrerit bibendum erat, id sollicitudin arcu adipiscing eget. Nullam in nibh eget sapien placerat tincidunt nec ac dui. Ut lobortis, felis vel congue viverra, dui eros auctor lectus, sed sodales massa leo id sapien. Quisque nec tristique augue. Duis ut neque vitae velit rutrum gravida. Sed vel turpis nunc, non scelerisque nisi …

Useful Talks and Videos from Web Design Conferences

Aliquam quis libero dapibus ante rhoncus eleifend quis vitae erat. Quisque vel nisi nibh. Suspendisse ipsum lorem integer nec interdum massa. Sed ornare rutrum sem, vitae imperdiet risus ullamcorper non. Aliquam adipiscing iaculis lorem, luctus semper diam dignissim vitae. Phasellus vel enim vel purus vehicula sollicitudin. In hac habitasse platea dictumst. Aliquam lacinia euismod odio id pulvinar. Quisque sagittis malesuada lectus …

The Creative Way to Maximize Design Ideas with Type

Phasellus varius, felis ac ullamcorper aliquet, justo nunc laoreet turpis, eget pharetra nulla arcu sed purus curabitur hendrerit bibendum erat, id sollicitudin arcu adipiscing eget. Nullam in nibh eget sapien placerat tincidunt nec ac dui. Ut lobortis, felis vel congue viverra, dui eros auctor lectus, sed sodales massa leo id sapien. Quisque nec tristique augue. Duis ut neque vitae velit rutrum gravida. Sed vel turpis nunc, non scelerisque nisi …