Origines du Mahjong

Les origines de l'Oracle du Mahjong

En Chine, le devin professionnel est l’objet d’une grande vénération. C’est une profession digne et elle n’attire pas le genre de suspicion qu’elle suscite dans le monde occidental, où les « diseurs de bonne aventure » sont considérés au mieux avec amusement, au pire avec hostilité et généralement avec un certain scepticisme tolérant.

(English)


Partout en Orient, la plupart des temples importants ont leurs devins attitrés. Les plus fréquentés d’entre eux se dotent d'un personnel de soutien considérable pour que les diseurs de bonne aventure répondent aux fidèles chaque jour de la semaine. Pour des millions de personnes, les oracles font partie intégrante de leur culte.

Dans les temples eux-mêmes, les oracles utilisés sont assez élémentaires. La plus simple est le Kao Pui : la personne prend deux blocs courbes, qui sont jetés sur le sol trois fois pour n’obtenir un simple « oui » ou «non ». Ils sont susceptibles semblables, sinon identiques, au « urim ou thummim » mentionné dans la Bible. L’autre oracle célèbre des temples utilise des baguettes de bambou, chacune portant un numéro, qui est ensuite interprété par un des devins ou prêtres résidents présents.

Mais au-delà de l’enceinte du temple, cependant, il existe un grand nombre de moyens par lesquels l’avenir incertain peut être révélé. Parfois on a recours à un astrologue professionnel, mais cela implique des frais exorbitants, c’est alors un atout non négligeable si l’un des aînés de la famille est un adepte un Ya Pai Shen Po, littéralement « la divination par les blocs en ivoire », dans laquelle les Chinois incluent les dominos et les cartes ou tuiles de Mahjong.

Le jeu de Mahjong moderne est en fait un descendant direct d’un oracle antique qui a été consulté par les devins chinois depuis des milliers d’années. Lorsque les astronomes chinois ont commencé à enregistrer les mouvements du soleil, de la lune et des planètes, ils utilisèrent un dispositif simple - un Plateau divinatoire - pour calculer les positions attendues des corps célestes. Leurs déplacements dans les cieux ont été enregistrés en déplaçant les compteurs dans les divisions du Plateau divinatoire. Au fil du temps, ce planisphère primitif a été adapté sous forme d’un jeu qui serait facilement reconnaissable aujourd'hui comme un Ludo. Plus tard, les dés utilisés dans le jeu ont évolué en dominos, et puis, quand les Chinois ont inventé l’imprimerie, les dessins des dominos ont été transférés sur des cartes. C’est ainsi qu’un ancien oracle est devenu l’ancêtre de presque tous nos jeux intérieurs actuels du poker au Monopoly.

En occident, les origines mystiques des cartes, des dominos et des dés ont été pratiquement oubliées, sauf par les joueurs de Mahjong qui se rappellent régulièrement l’origine ancestrale du jeu lors du rituel de préparation à une partie, aussi par les noms affectueux donnés à certaines des pièces et les termes techniques utilisés pour les stratégies et les tactiques du jeu.

Source: Walters, Derek, The Fortune Teller's Mah Jongg, Eddison Sadd Editions, 1988 ISBN 0-670-85640-1