Poèmes québécois traduits en chinois

La poésie québécoise - Une anthologie présentée et traduite par Cheng Yirong 程依荣.
103 poèmes québécois traduits en chinois.

Poème: 4


Le poème en chinois:

忍耐 (片断)

严寒封杀的国度火焰躲在底下
平原的静默令爱的山岗沉寂
江河感觉冰雪的i化诈
黑夜牙齿格格作响毫无办法
获得我们同情的痛苦
还有言辞的友好诺言
都无能为力
没有任何东西任何人
你和我还有别人
有时都试图出发去天上的国度

我们不走

被悬挂在无益的永恒的破布上
我们拒绝一切的终结


La version originale:

Jacques Brault
1933-
雅克·布罗尔
yǎ kè bù luó ěr



Biographie:

Issu d’un milieu modeste1, Jacques Brault étudie néanmoins au Collège Sainte-Marie de Montréal, à l'Université de Montréal, à l’Université de Poitiers et à la Sorbonne de Paris.

Il devient en 1960 professeur à l'Institut d'études médiévales et au Département d'études françaises de l'Université de Montréal, où il enseigne jusqu’à sa retraite, en 1961.

Publié en 1965, son premier recueil, Mémoire, établit sa réputation de poète3,4. Ce même recueil, ainsi qu'une étude de l'œuvre d'Alain Grandbois, parue trois ans plus tard, lui valent le Prix Québec-Paris de 1968. Source Wikipedia



Titre en français:

Patience (partiel)


Le poème en français:

en pays travaillé de froid le feu loge en dessous
un grand silence de plaine bâillonne les montagnes-amours

rivières dans leurs os savent le chantage des glaces
chaque nuit reclasse des dents rien n'y fera
ni la douleur au fond certaine des tendresses nôtres
et pas davantage la promesse que
sur la langue les mots fondraient d'amitié
rien ni personne toi moi ni les autres semblables
tous tentés parfois de partir un peu vers un pays d'en haut
non
nous ne partirons pas

accrochés aux lambeaux d'inutile éternité
nous refuserons la fin des fins

nous ne partirons pas

nous avons pleuré nous avons sangloté
à la vue de cette terre insolite
et nous rirons ah oui
quand viendra comme un soleil mis au nord
une bonne fois encore

le retournement total


Pied de page